Re-fonte

Cire, acier, mèches, leds, bois, plomb, video

L.370 l.252 h.365 cm

Groupshow "Sans Relâche", Monnaie de Paris, France

cur. Yvannoé Kruger

2021

#1
Juliette Minchin retranscrit l’édifice par ses contours qui définissent une forme minimale de la construction. L’œuvre est pensée comme une performance qui, au fil des gestes, devient l’ossature de «peaux» de cire sculptées à même l’acier, encore chaudes et malléables.
Entre scène et sanctuaire, la cour de la Monnaie devient alors le labo- ratoire de l’artiste qui y prépare ses cires : pesées, colorées, mélangées, fondues. Le procédé de fabrication de l’œuvre résonne ainsi avec
les étapes de la production de la monnaie: le stockage de la matière première, la fonte, la coulée, la sculpture, le refroidissement, et enfin l’exposition.

#2
1 octobre, à 4h18, après avoir tenu plusieurs heures sous des rafales à 130 km/h, l’architecture a été allongée au sol par le vent dans la cour de la Monnaie de Paris. Cet événement s’impose à l’artiste. Juliette Minchin décide alors de mettre la lumière sur cette installation détruite, de contempler avec les visiteurs la transformation chaotique de la matière, la force de la nature, la fragilité de son travail.
Ironie du sort, cet évènement renvoie aux concepts qui lui tiennent le plus à cœur : aléas, effondrement, transformation, deuil, permanence de la matière, et recommencement.
L’œuvre est présentée le soir du vernissage dans son nouvel état, celui d’une ruine authentique.

#3
A la manière d’une restauratrice, elle découvre, elle pointe, elle coupe, elle extrait, elle archive, elle redresse, elle renforce, elle étaie, elle numérote, elle replace.

La tempête a certes déformé l’œuvre mais c’est un recommencement pour «Fonte» et peut-être un commencement pour l’artiste.

Avec le soutien du CNAP.

© Grégoire de Gaulle