Lisière 2.jpg

5 mars - 3 mai 2021:

Lisières, exposition collective, Poush Manifesto, Clichy

Lisières, group show curated by Yvannoé Kruger, Poush Manifesto, Clichy

Les histoires commencent souvent à l’orée de la forêt.

Des mythes ancestraux, aux contes pour enfants, la clairière est le lieu où l’on s'arrête un instant pour tenter de percevoir, à travers les branches et le vivant grimpant, les êtres qui y vivent et ceux que tel des mirages notre esprit s’invente. (...)

Au sortir du bois, on distingue une autre frontière, celle de la peau, territoire plus serré et étrangement intime. La peau accueille aussi toute une faune, invisible cette fois. La bouche et les yeux en sont ses clairières, des ouvertures qui plongent en profondeur pour avaler le monde et le scruter. Lisière du corps, elle offre mille entrées minuscules et matelassées à travers ses pores odorants. Elle est ce qui sépare le dedans du dehors, ce qui protège et rend vulnérable. Elle est aussi ce que nous avons de plus profond. Car l’épiderme provient des mêmes cellules embryonnaires que celles qui composent le système nerveux. 

Malgré cette séparation originelle, la peau n’oublie pas qu’elle est sœur de l’esprit.

Et de nous remémorer le mythe d’Orphée et d’Eurydice, au détour d’une autre forêt. 

Elle et l’esprit sont comme ces deux amants tenus à distance pour toujours, mais secrètement reliés. À fleur de peau. Comme si le dedans était remonté à la surface. Caresser la peau comme on carresserait une idée. 

Yvannoé Kruger

SO CLOSE 2 .jpg

23 mars - 3 mai 2021:

So Close 2, exposition collective, Galerie Guido Romero Pierini, Paris 3

So Close 2, group show curated by Guido Romero Pierini

Pour une seconde édition, toujours sous la houlette de la galerie Guido Romero Pierini, les artistes de So Close remettent le couvert avec des œuvres réalisées pour la plupart durant l’année écoulée. Ils explorent souvent ce qui, à l’image, apparaît comme défiguré.              

Si l’absence de figures réalistes se distingue dans cette sélection, la “dé-figuration” y est expérimentée en tant que principe de transformation ; principe qui procure précisément à une œuvre le pouvoir de transfigurer le réel. Dans l’Antiquité, on distingue la metanoia (changement dans les sentiments) de la metamorphosis (métamorphose physique).              

La transformation peut être autant matière que sujet - de manière explicite ou sous-jacente - et ce potentiel est à l’œuvre dans l’ensemble des pièces proposées : mutations humaines (Jan Melka, Cecila Granara, Mario Picardo, Alexandre Bavard) et animales (Lou Ros, John Fou), hybridations (Romain Le Cornu, Mascha Silchenko, Jonathan Brechignac), transformations de la lumière (Cyrielle Gulacsy, Paul Créange, Marion Flament, Christine Safa), de la matière (Clément Mancini, Juliette Minchin) ou du sentiment (Antoine Donzeaud, Hugo Avigo).

PastedGraphic-2.png
83164505_2931332866950410_83433422659256

26 juin - 2 octobre 2021:

2ème édition de la Biennale internationale BIS, Saint-Paul de Vence

2nd edition International Biennal BIS, Saint-Paul de Vence, France

Sous la présidence d’Olivier Kaeppelin et le commissariat de Catherine Issert, Saint-Paul de Vence accueillera cet été, du 26 juin au 2 octobre 2021, la deuxième édition de la Biennale Internationale Saint-Paul de Vence. Tournée vers la jeune création et la diversité de la nouvelle scène artistique, cette deuxième édition présentera des œuvres de 18 artistes de toute nationalité, sélectionnés par un jury composé de professionnels du monde de l’art. Ponctuée de nombreux temps forts, dans le désir de toucher tous les publics, la Biennale affichera une programmation exceptionnelle d’art contemporain et investira les espaces publics du village.

10 juillet - 15 août 2021:

Exposition de la "La veillée au candélou" à la Biennale HOOP (Espoir), dans le monastère Heilige Driehoek, Oosterhout, Hollande

Exhibition of "The dead's candle vigil" in HOOP Biennial, in the monastery of Heilige Driehoek, Oostehout, Netherlands

Le Triangle sacré d'Oosterhout est le seul endroit aux Pays-Bas où une combinaison de trois monastères actifs existe encore. C'est une zone monastique unique qui sert d'inspiration pour l'art contemporain.

Ces derniers mois, les commissaires de la 2ème Biennale d'Art du Triangle Sacré d'Oosterhout, Hendrik Driessen  (directeur du musée De Pont jusqu'en juin 2019) et Rebecca Nelemans (commissaire indépendante) ont travaillé sur l'interprétation artistique de cette édition de la biennale, qui a pour thème «Espoir». A ce jour, ils ont fait une sélection de près de vingt artistes, dont Maria Roosen, Bill Viola, Marc Mulders, Meschac Gaba, Guido Geelen, Tom Claassen, Anish Kapoor, Juliette Minchin et Jenny Holzer.

Hendrik Driessen: «Le thème, l'Espoir et le contexte des trois monastères dans un environnement qui invite à la contemplation est d'une grande qualité. Non seulement nous travaillons en étroite collaboration avec les artistes, mais nous cherchons également à nous connecter avec les habitants des monastères et à les impliquer dans les œuvres qui se déroulent dans leur «maison». Cet environnement, qui invite à l'approfondissement et à la réflexion, est notre point de départ avant tout.»